Alerte bon plan : tous les vélos reconditionnés par Upway sont désormais éligibles au bonus vélo de l'État !

Comment choisir un vélo électrique ?

Cycliste ayant choisi un VTC électrique.

C’est vrai, choisir un vélo électrique, c’est un petit peu plus compliqué que choisir un vélo musculaire classique. En plus de la taille, du design général, de votre pratique et du prix, il va falloir prendre en compte la capacité de la batterie, ainsi que la position et la puissance du moteur. Ces critères ne sont pas toujours faciles à appréhender. Par exemple, comment traduire la capacité exprimée en Wh en autonomie de kilomètres ? Et la puissance moteur (en W), sera-t-elle suffisante pour grimper la côte qui se trouve sur votre parcours ? Que ce soit pour vous amuser le week-end sur des fortes pentes ou pour aller travailler sans transpirer, on vous donne nos conseils pour bien choisir son vélo électrique !

Pourquoi choisir un vélo électrique ?

Le vélo électrique est un choix économique, écologique et bon pour la santé.


Économique car à l’heure où le litre de carburant tutoie régulièrement les 2 euros (et ça ne va pas aller en s’améliorant), vous vous apercevrez très vite que passer à l’énergie électrique est bien plus intéressant. Si vous ajoutez à ça le fait qu’il y a moins d’entretien pour votre voiture, et qu’elle se décote moins, le vélo à assistance électrique représente un bien meilleur investissement financier.


C’est aussi une solution écologique car, ce n’est plus un secret, la planète est en surchauffe. Opter pour l’électrique, c’est clairement plus vertueux que les énergies fossiles.


Enfin, même si vous bénéficiez d’une assistance électrique, le VAE vous oblige à pédaler. Cet exercice physique régulier ne peut être que bénéfique pour votre santé !

Batterie et moteur de vélo électrique : tout comprendre (enfin !)

Wh, W, V, autonomie en km… Ce n’est pas toujours très clair tout ça. Mais vous allez voir, en fait ce n’est pas si compliqué.

La batterie de vélo

C’est un élément fondamental du vélo électrique, celui grâce auquel on reconnaît au premier coup d’œil qu’il s’agit d’un VAE.

La capacité

On compare les batteries en fonction de leur capacité en watts-heure (Wh), la puissance maximale qu’elles sont en mesure de fournir pendant une heure. Et sans surprise, plus c’est cher, plus l’autonomie est importante.


Pour être très concret, les meilleures batteries dépassent les 700 Wh quand les moins performantes seront sous les 300 Wh. Il s’agit de chiffres généraux pour vous donner un ordre de grandeur, mais qui ne tiennent pas compte du vélo équipé. Pour un vélo de route électrique (très léger), une batterie de 250 Wh pourra être aussi performante qu’une batterie de 400 Wh sur un vélo de 20 kg par exemple…

L’autonomie

Batterie de vélo électrique située sous le porte-bagage.

Elle dépend forcément de la capacité de la batterie. Mais gardez en tête que le nombre de kilomètres d’autonomie indiqué par le constructeur est donné à titre indicatif. Il peut varier énormément en fonction du niveau d’assistance utilisé, du dénivelé, de votre poids, des conditions météorologiques, de vos habitudes d’entretien de la batterie, etc. L'autonomie des vélos électriques fait l'objet d'un sujet à part entière.

Autre critère pour le choix d’une batterie : la position

En plus de la capacité et de l’autonomie, nous vous conseillons de prendre en compte la position de la batterie. Généralement, elle est placée sur le tube diagonal du cadre ou sur le porte-bagages arrière.


Cela aura avant tout un impact sur la conduite, mais pas tellement sur les performances. Un vélo avec une batterie sur le cadre aura une meilleure répartition des poids, grâce à un centre de gravité mieux placé.


Pour info, inutile de vous intéresser au choix du matériau car aujourd’hui le lithium est généralisé. En effet, le plomb et le nickel des débuts (lourds et nocifs) ont laissé place aux batteries lithium-ion, plus performantes.

Le moteur

Le moteur transforme l’énergie emmagasinée par la batterie en un mouvement. Il consomme cette énergie pour vous aider à faire avancer le vélo. Si la puissance a inévitablement un impact, c’est avant tout le positionnement sur le vélo qui doit être pris en compte.


Du reste, il peut être situé sur la roue arrière (dit aussi moteur moyeu arrière) ou sur le pédalier (on parle alors de moteur pédalier ou moteur central). Cela dit, il ne s'agit là que du synthèse du vaste sujet que constitue celui des moteurs pour vélos électriques.

Le moteur sur pédalier

Ce type de moteur électrique apporte une assistance dès que les manivelles du pédalier sont actionnées. Un capteur de puissance évalue l’investissement musculaire du cycliste et le moteur délivre alors une assistance progressive. Cela donne un grand sentiment de fluidité et de naturel, comme si la puissance du cycliste transmise via le pédalier était simplement décuplée.


Ces moteurs sont en général plus puissants. Ils équipent les vélos électriques haut de gamme et les vélos électriques sportifs (VTTAE, vélos de route et gravels électriques).

Le moteur roue arrière

Il y a aussi un capteur, mais ici il se concentre sur la vitesse de rotation de la roue pour en déduire la vitesse. L’assistance fournie sera puissante si le vélo va lentement, et plus faible lorsque le vélo est bien lancé.


C’est nettement moins fluide, mais ça permet de redémarrer très rapidement après un arrêt au feu par exemple.


Ce type de moteur se retrouve principalement sur les vélos à assistance de ville et les VTC.

Quel type de vélo à assistance électrique choisir ?

Avant tout, il semble intéressant de revenir sur les modèles de vélos électriques qui existent sur le marché.

Les différents types de vélos électriques

Les types de VAE sont exactement les mêmes que les types de vélos classiques, mais avec une assistance électrique en plus.

Les vélos électriques de ville et les VTC électriques

Le Btwin Original, un vélo de ville électrique.

Ces vélos sont très utilisés en milieu urbain. Ils sont maniables, relativement légers et confortables.


Typiquement, ils sont plébiscités pour les trajets domicile-travail (aussi appelé vélotaf). Leur autonomie est faible et la puissance du moteur est limitée, mais ils sont tout à fait adaptés à ce qu’on leur demande : un trajet court sur un revêtement de bonne qualité comme celui des pistes cyclables.


Petite astuce : si vous prenez un transport en commun, renseignez-vous plutôt sur les vélos pliants de ville.

Les vélos cargos électriques

C’est l’autre type de vélo électrique qu’on croise souvent en ville. Long-tail, biporteur ou triporteur… Ces vélos sont parfaits pour transporter les enfants à l’école ou pour ceux qui voyagent chargés. Ils sont aussi tout à fait adaptés pour les livreurs qui pourront charger de nombreux colis et donc facilement rentabiliser leur tournée.


Il existe trois grandes catégories de vélo cargo à assistance électrique :

  • Les long-tail sont des vélos avec un porte-bagages arrière surdimensionné. Cela permet d’y asseoir les enfants ou de fixer solidement un bagage ou un colis. Ils sont très maniables en roulant et à l’arrêt, mais plus limités en capacité de charge que les deux autres.
  • Les biporteurs sont des vélos équipés d’une caisse de chargement entre le cycliste et la roue avant. Après un petit temps d’adaptation, ils sont assez maniables, mais un peu plus encombrants qu’un long-tail.
  • Les triporteurs sont les plus imposants. Ils sont difficiles à stocker car ils sont larges. De plus, ils exigent un peu de technique pour les maîtriser parfaitement. Néanmoins, une fois la prise en main passée, ce sont des vélos vraiment très pratiques, capables de transporter jusqu’à 6, voire 8 enfants. De vrais mini-bus sur 3 roues !

Les VTT électriques ou VTTAE

Le VTT électrique Rocky Mountain Altitude.

Les VTT à assistance électrique ont une autre vocation : se faire plaisir dans les bois avec un vélo puissant. Grâce à un moteur gonflé à bloc et une batterie de haute qualité, vous pourrez vous attaquer à des pentes raides inaccessibles à la seule force de vos cuisses.


La batterie de grande autonomie permet aussi de faire de longues sorties, même si vous n’êtes pas un roi de l’endurance.

Les gravels électriques

Ces vélos sont équipés de roues un peu plus larges qu’un modèle de route. Elles sont aussi légèrement crantées. Cela leur permet de s’adapter à des terrains plus divers. C’est un type de vélo très en vogue ces dernières années car il lie confort et performances.


Les gravels électriques se prêtent particulièrement au bikepacking (les voyages à vélo sur plusieurs jours). L’assistance électrique vous permettra d’affronter le dénivelé de votre parcours sans souci, même si vous avez pas mal de bagages.

Les vélos de route électriques

Vélo de route électrique.

Ce sont les Formule 1 du vélo à assistance électrique. Ultra légers (moins de 12 kg en général !), maniables et aérodynamiques, ils n’ont qu’un objectif : la performance !


Les vélos de route à assistance électrique sont les alliés idéaux de ceux qui rêvent de gravir les cols les plus mythiques du Tour de France. En effet, un coup de pouce ne sera pas de refus au milieu des lacets à plus de 10 % de l’Alpe d’Huez.


Ils peuvent aussi vous permettre de rejoindre un groupe déjà entraîné ou d’allonger vos sorties.


Même les plus aguerris utilisent parfois un vélo de route électrique pour leur séance de récupération entre deux compétitions de cyclisme sur route.

Comment choisir le vélo électrique qu’il vous faut ?

Maintenant que vous connaissez les différents types de vélos électriques et leurs principales caractéristiques, il reste à vous poser les bonnes questions. À quelle pratique destinez-vous votre vélo à assistance électrique ? Combien de kilomètres allez-vous parcourir ? Quel est votre niveau ? Quel est votre budget ?


Pour aller travailler à vélo, un modèle de ville sera parfait. On en trouve à tous les prix, mais ce ne sont pas les vélos à assistance les plus chers en général. Essayez de bien évaluer l’autonomie dont vous avez besoin. Pour vous donner une idée, 400 Wh = 100 km environ. Petit conseil : gonflez un peu votre besoin car on a tendance à utiliser plus facilement un vélo électrique qu’un vélo classique (pour aller chercher le pain, pour se promener le week-end, pour les vacances, pour une course en ville…).


Si vous avez des enfants à déposer à l’école sur vos trajets quotidiens, orientez-vous plutôt vers un vélo cargo. Ils sont évidemment plus chers, mais vous verrez qu’ils sont très pratiques dans de nombreuses situations.


Un modèle typé sport sera plus adapté si vous êtes en recherche de performances. Comme on l’indiquait un peu plus tôt, sur les vélos de route électrique la capacité est souvent faible. Toutefois, leur poids léger et l’aérodynamisme travaillé font que la batterie (souvent intégrée au tube diagonal) est moins sollicitée.

Vous savez maintenant tout ce qu’il faut savoir pour choisir son vélo électrique. Et pour toujours plus d’économies et d’écologie, pensez aux vélos électriques reconditionnés Upway !